Historia mundi


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Mine d'or romaine de la Bessa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cernunos
Admin
avatar

Nombre de messages : 34
Localisation : Radenac
Date d'inscription : 03/11/2005

MessageSujet: Mine d'or romaine de la Bessa   Dim 6 Nov à 18:54

Nous ne possédons pas à l'heure actuelle de témoignages qui indiquent avec certitude une exploitation protohistorique du gisement aurifère de la Bessa; toutefois, les objets en or d'origine locale provenant des habitats palafittes du lac de Viverone (XVIe -XVe siècles avant J.C.), situé à proximité, font supposer qu'une modeste activité d'extraction avait déjà lieu pendant le Bronze moyen. En outre, la présence de nombreux blocs erratiques gravés remontant pour la plupart à l'âge du Fer (Ier millénaire avant J.C.) attestent une fréquentation intensive de la zone. On suppose qu'à partir du Ve/IVe siècle avant J.C., les Salasses en avait le contrôle au même titre que le territoire de Biella, partie de l'actuelle province de Turin, et la Vallée d'Aoste. Strabon (64 avant J.C. - 21 après J.C.) rapporte qu'en 143/140 avant J-.C., prenant pour prétexte une controverse entre les Salasses qui exploitaient un gisement aurifère et les populations installées dans la plaine, ces dernières accusant les premiers de priver les champs cultivés des eaux de la Doire qui étaient utilisées pour le lavage des sables, le consul romain, Appius Claudius, fit intervenir l'armée. En dépit de la désastreuse défaite qu'il essuya au début, lui empêchant d'obtenir du sénat le "triomphe" (il l'obtint quand même à ses propres frais), il s'empara du territoire objet du litige. Il n'existe aucun fait certain que ce territoire soit celui de la Bessa, mais il est fort probable qu'il devait s'agir d'un gisement de grandes dimensions vu que la quantité d'eau utilisée semblait créer des problèmes d'approvisionnement. Nous nous devons de préciser qu'en faisant référence à la Doire, l'historien ne se référait pas à la rivière actuelle qui descend de la Vallée d'Aoste, mais qu'il employait le même nom pour désigner un "fleuve" (ce nom est encore utilisé communément également en Savoie et dans le Valais), étant donné qu'il n'existe pas au-delà de la Bessa d'autres gisements d'une ampleur telle à justifier, même si ce n'est qu'un prétexte, une querelle à propos de l'eau. 140 avant J.C. est donc la date limite post quem les publicains romains ont pu avoir en adjudication les aurifodinae. Les mines étaient propriété de l'État et un procurator metallorum était à la tête de cette administration. Le texte de Strabon confirme aussi que les Salasses extrayaient déjà le métal, bien évidemment non pas à un niveau simplement artisanal. Pline (23-79 après J.C.), nous fournit par contre la preuve de la dimension du chantier, puisque, au sujet de la Bessa, il cite une lex censoria qui, probablement pour des raisons d'ordre public, interdisait l'emploi de plus de 5.000 ouvriers dans les aurifodinae, ce qui signifie qu'il y a eu des périodes où leur nombre devait être supérieur. Il n'est cependant pas très clair si ce nombre concerne les seuls ouvriers chargés des travaux miniers ou s'il englobe tous les travailleurs engagés, y compris donc ceux qui travaillaient, comme nous dirions de nos jours, "en sous-traitance". La durée de la période d'exploitation n'est pas connue, mais nous savons qu'à l'époque où écrivait Strabon, les mines avaient déjà été abandonnées (ou plus probablement étaient épuisées) et l'or de Rome provenait désormais en grande partie de l'Ibérie.

Du point de vue administratif, les aurifodinae dépendirent d'abord de Verceil puis, à la suite de la fondation d'Eporedia (Ivrée) en 100 avant J.C., passèrent sous sa juridiction comme en témoignent indirectement les quelques pierres tombales et inscriptions réalisées par des citoyens éporédiens et retrouvées aux frontières de la Bessa (hameau de Riviera di Zubiena) et sur le site de l'ancienne Victimulae (l'actuel S. Secondo di Salussola). La pierre tombale de Riviera concerne un prêtre d'Auguste et l'inscription de S. Secondo rappelle la donation d'un ponderarium (structure où étaient conservés les poids et les mesures) faite par un magistrat. Cette donation fait penser qu'à l'époque d'Auguste ou de Julius Claudius, on procédait encore à une extraction minière probablement sur l'initiative de particuliers et qu'elle se limitait aux sables déchargés après le lavage qui, à cause d'un traitement imparfait, contenaient encore de modestes quantités de métal. L'identification de la Victimulae citée par les historiens romains où se trouvait le siège central des aurifodinae n'a pu être confirmée jusqu'à présent, étant donné que la datation des vestiges et des structures étudiées ne dépasse pas l'âge de l'Empire et qu'aucune nécropole contemporaine à la période "d'exploitation" n'a été retrouvée. La recherche de l'or continua aussi au cours des siècles successifs et est encore pratiquée de nos jours par des amateurs dans les sables que le torrent Elvo arrache aux "cônes de déjection anthropiques".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://historia-mundi.forumculture.net
 
Mine d'or romaine de la Bessa
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Projet interdisciplinaire autour de la Mine: Help aux chtis (et aux autres)!
» Recherche de minéraux à la Mine Clara
» Volcan de Hongrie et mine de charbon
» La mine St Nicolas à Steinbach
» Sainte Françoise Romaine et Saint Dominique Savio, commentaire du jour "Pardonne-nous nos offenses..."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Historia mundi :: Préhistoire, Protohistoire :: Protohistoire-
Sauter vers: