Historia mundi


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Sénégal: Les Maures

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
korrigane

avatar

Nombre de messages : 47
Localisation : le kremlin bicêtre
Date d'inscription : 10/11/2005

MessageSujet: Sénégal: Les Maures   Jeu 10 Nov à 7:21

LES MAURES


Leur Milieu:
Les Maures habitent tout l'ouest saharien, des rives du Draa (sud Marocain) à celles du Sénégal.
Ils sont 550 000 en Mauritanie (sur une population de 1500 000 habitants de Peul, Sarakolé, nomades, Toucouleur).
- 20 000 sont fixés au Sénégal.
- 80 000 au Mali.
Le Mali compte encore plusieurs tribus de Maure parmi sa population. Les Kounta sont les plus importants (rive gauche du Niger). La partie sahélienne du Mali est une zone de migration des pasteurs Maure mauritaniens.
Les Maure sont en contact fréquents avec les Wolof, les Bambara, les Songhaï et les Touareg.
Les zones habituelles de rencontre sont les marchés échelonnés en bordure du fleuve Sénégal et du fleuve Niger : au Mali, Goundam, Tombouctou, Gao et, au Niger, Tahoua, Agadès.
Les Maure se désignent sous le nom de Bidan (homme blanc) par opposition aux Noirs sédentaires, les Kouwar, qu'ils appellent aussi Soudan (pluriel du mot assoued, noir). On les dit Berbères Zenaga du sud Marocain. Islamisés par les Arabes, leur engouement pour l'islam les poussa au prosélytisme. C'est chez eux que naquit au xie siècle le grand mouvement des Almoravides qui islamisèrent les rois nègres du Tekrour et détruisirent l'empire du Ghana (voir Toucouleur et Sarakolé).
L'ensemble des tribus Maure est arabo berbère; les mots d'origine berbère sont très nombreux dans le dialecte arabo berbère qu'ils parlent, le hassanya, mais les tribus sont de plus en plus métissées avec les Noirs. « La terre des Noirs tue les Maures », dit le proverbe.

Leur Histoire:
L'histoire des Maure en bordure du Sahel se confond souvent avec celle des Touareg et celle des Songhaï (pillage, razzia, luttes intestines, propres aux pasteurs, nomades et guerriers). Au xie siècle, le peuplement des Noirs s'étendait jusqu'à l'Adrar, avec à l'est le royaume des Sarakolé (empire du Gao) détruit au xie siècle par les Almoravides (tribu de Berbères voilés, les Lemtouna).
Les Almoravides furent maîtres de la Mauritanie berbère. Ils convertirent à leur cause les guerriers Toucouleur du Tekrour (déjà islamisés) et purent ainsi entreprendre la guerre sainte. Après la prise de Koumbi, la capitale du Ghana (1076), ils se rendirent maîtres de presque tout le Maroc et d'une partie de l'Espagne. Après la mort de leur chef, la domination almoravide ne dura pas longtemps. Les tribus vassales du Ghana avaient profité de ces événements pour réaliser leur indépendance. Des tribus arabes d'Afrique du Nord pénétrèrent dans le désert et chassèrent les Berbères des meilleurs pâturages ou les vassalisèrent.
Au XVIe siècle, les tribus les plus puissantes s'organisèrent politiquement en émirats et se divisèrent en sept grands groupes, souches de toutes les tribus actuelles.

Leur Vie économique:
Les Maure sont de grands éleveurs de chameaux. Pasteurs, ils vivent sous la tente.
Commerçants, on les trouve sur les marchés de Saint Louis (Sénégal) et de Zinder (Niger).
C'est au Nord que vivent les grands nomades chameliers, au SudOuest, les pasteurs qui pratiquent la transhumance (nord en hiver, sud en saison sèche). Les Maure ne sont pas agriculteurs. Ce sont leurs anciens esclaves qui cultivent les champs.
Les autres ressources des Maure sont le sel, la cueillette de la gomme dite arabique (acacia du Sénégal), mais surtout le cuir. Comme pour toutes les ethnies nomades pasteurs, il s'agit d'une véritable civilisation du cuir.

Leur Vie sociale:
Il existe plusieurs divisions sociales très hiérarchisées, correspondant aux anciennes tribus.
1. Les Hassanes forment la noblesse, la haute aristocratie, ce sont d'anciens guerriers descendants des Beni Hassanes.
2. Les Tolba (ou Zaouïa), tribus maraboutiques d'origine berbère (certains descendants du prophète Mahomet). 3. Les Mhrar, nobles pasteurs, non guerriers. 4. Les Harratin, anciens esclaves noirs libérés, vivant dans les villages.
Ils doivent encore une redevance à leurs anciens maîtres (environ 10 %). Les ' Abid sont les captifs nés dans la famille. La classe des gens de caste est limitée chez les Maure à une seule caste d'artisans (celle des Maalem qui fabriquent des objets en fer, en cuivre, en or ou en argent), et une caste des griots, les Igaoun (mais tout le monde peut faire de la musique).
Les Maalem travaillent aussi le bois. Comme il n'y a pas de caste de cordonniers, ce sont en général les femmes des forgerons qui exercent ce métier. Elles ont la réputation d'être très habiles dans le travail du cuir.
Les Maure n'ont pas de tisserands ni de tailleurs, ni de teinturiers. Ils s'habillent avec les tissus d'autres ethnies. Ce sont les femmes qui réalisent les vêtements. La vannerie, la poterie, sont exécutées par les femmes des esclaves (Harratin).
Ils sont tous Musulmans.
Comme pour les Peul et les Touareg, les Maure nobles ne doivent pas faire de travaux manuels. Ce serait un grand déshonneur.

Leur Vie Religieuse:
Presque tous les Maure sont islamisés. Ils sont répartis entre plusieurs sectes religieuses (la Qadriya, la Tidjania).
Chez les nomades, on retrouve, comme chez les Touareg, la survivance d'anciennes coutumes paiennes (totémisme, entre autres). Aussi, magie et religion sont elles encore étroitement mêlées. La peur du mauvais oeil, si fréquente chez les Berbères, apparaît dans le triangle (l'oeil stylisé) qu'on retrouve très souvent dans le décor maure. L'influence islamique se relève dans tous les motifs décoratifs desfara (tapis de peaux de mouton ou d'agneau), des calebasses, des bijoux, motifs réalisés à l'aide exclusivement de lettres islamiques, telles le Waw (suite de U dont les bords se terminent par une boucle extérieure) qu'on retrouve dans beaucoup de bijoux.

Leur Vie Culturelle:
Les Maure célèbrent les fêtes des musulmans.
Chants et danses. Les griots, étant chroniqueurs historiques de la tribu, chantent la gloire des ancêtres du cheick, en s'accompagnant de la guitare.
Les danses sont nombreuses; la danse acrobatique des esclaves. très spectaculaire, comprend des sauts, des pirouettes, des volteface qui exigent une grande souplesse.

Leur Vie Artisanale:
Habillement
Le vêtement des Maure est constitué par un large pantalon bleu bouffant, s'arrêtant aux genoux (saroual) et d'un ou deux grands boubous (daraa) un blanc, un bleu indigo. Les tissus utilisés sont très indigotés et déteignent sur la peau d'où le surnom qu'on accorde aussi aux Touareg d'« hommes bleus ».
Il chausse des sandales de cuir (maal). Les femmes portent des pagnes (hazam), maintenus sur les épaules par deux fibules placées au creux de la clavicule ou enroulés autour des reins. Elles se cachent le visage avec un voile (mehlafa) en toile de cotonnade bleu indigo, mais uniquement devant les étrangers.

Parure, bijoux
Le Maure porte toujours un petit sac en cuir qui pend à son cou. Ce sac contient tout le matériel du fumeur : tabac, briquet à amadou. pipe en ivoire, épingle à curer la pipe.
Ses cheveux sont frisés, longs et enduits de beurre.
Les femmes ont les cheveux tressés, torsadés, veritable diadème. couverts d'ambre, de verroterie, de cornaline, coiffure compliquée et secrète que seuls les maris et les autres femmes peuvent voir (l'occiput et la nuque sont des signes de pudeur chez les femmes). Cette coiffure est réalisée par des coiffeuses professionnelles.
Elles portent aux chevilles, aux bras et aux oreilles des bijoux très lourds en cuivre ou en argent.
Chaque perle, chaque ornement de métal, de cuir, de corne, d'os, coquille a une place précise dans les nattes tressées. Les unes ont une valeur prophylactique, les autres protègent contre le mauvais il. ou assurent la fécondité.
Les femmes Maure suspendent à leurs tresses de curieux petits bijoux à chaton plat triangulaire, taillés dans le quartz ou l'agate. Ils sont souvent réalisés maintenant en matière plastique dans toutes les nuances les plus criardes (ces pendentifs sont appelés « Bagues de la Mecque »)

Tissage, broderie
Les Maure n'ont pas de tisserands (ni de tailleurs, ni de teinturiers). Ce sont les femmes qui tissent les bandes de fils pour confectionner les tentes. Le métier est vertical, on tend la chaîne et on avance au fur et à mesure du travail.
Les nomades habitent toute l'année une grande tente brune (khrîné) mcieuse, aérée, faite de l'assemblage de sept bandes de coton mélangé à du poil de chèvre) dominée par le signe brodé de l'ouverture Certaines tentes de notables couvrent 100 m2 avec une auteur de 5 m. au piquet central. La bande de l'entrée est toujours lus étroite, au décor blanc (symbole de la pureté).
Les femmes de Oualata étant claustrées, elles ont encore le temps de oder de longues tuniques de percale, de soie blanche, dite « boumi" » et portées par les hommes ou les femmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fairytale.superforum.fr
korrigane

avatar

Nombre de messages : 47
Localisation : le kremlin bicêtre
Date d'inscription : 10/11/2005

MessageSujet: Re: Sénégal: Les Maures   Jeu 10 Nov à 7:21

Vannerie
La vannerie est exécutée (comme la poterie) par les femmes des anciennes esclaves (corbeilles, vans, etc.). Il faut aussi citer la natte de nomade (janta) aux motifs en losanges ou en zigzag, très riches, avec des intervalles sans décor, ou la natte de Oualata, aux bandes toutes décorées avec l'utilisation de bandes de cuirs teints.
La khabta est une grande natte rigide en lamelles de raphia tissées sur une chaîne de lanières de cuir.

Cuir
Comme pour les Touareg, de très nombreux objets utilitaires sont réalisés en cuir, très richement décorés par les femmes des forgerons (Maalem) très douées dans ce travail :
- oreillers ronds en cuir de mouton décorés d'idéogrammes mâles et femelles (symboles sexuels) et frangés, que l'on donne à la jeune mariée. Celui du garçon est rectangulaire;
- coussins de formes allongées (boussaada) équivalents d'un siège sous la tente du nomade.
- sacs : outre guerba, en peau de mouton, qui peut contenir jusqu'à 50 litres d'eau.
En peau d'oryx, elles sont destinées à contenir le grain; gourde à beurre (okké) ;
- barattes à beurre chekoua (genre d'outre),
- sac de voyage des hommes (tassoufra), destiné à contenir surtout des vêtements. Les tassoufra sont très richement décorés.
La couleur du fond, souvent rouge, est étendue avec la paume de la main. Les traits larges (noirs) sont peints avec les doigts ou un petit bâton pourvu d'un tampon de peau. Les traits fins avec un pinceau (morceau de bois au bout mâché). Les décors, peints ou excisés, sont réalisés par les femmes des Maalem, les plus belles sont celles de lOuest. (Le décor évoque un peu les enluminures des manuscrits arabes du Xe siècle),
- sacs à effets destinés aux femmes (tiziaten) en peau de vache décorée avec franges aux larges rubans incisés, sacs plus petits servant à contenir le thé (chikâra);
- corbillon recouvert de peau, contenant les verres à thé et la théière d'étain (kountié). Cette corbeille est entièrement recouverte franges; sac à tabac (msar), à sucre (moularagui), portefeuille à glissière en cuir repoussé vert, rouge ou jaune (tgaodira), tabatière à poches multiples (la poche à tabac, la poche à amadou, la poche du curepipe et la poche de la pipe);
- tapis de peaux (foro), peaux de mouton découpées en forme de rectangles réunis entre eux par une couture et une bande de peau rouge vif. Les chaussures sont, elles aussi, décorées. Sandales (nâalé ou naïl). La semelle est faite en peau de veau ou de zébu sur laquelle est collée (au mil) et retenue par des lanières, une deuxième semelle en peau de mouton, dessins jaunes et rouges. babouches (gourig), bottes (kfofgué);
- selles de chameaux et de chevaux avec leur harnachement complet;
- selle rahla pour le chameau, beaucoup moins décorée que celle des Touareg.
Si les techniques, l'outillage et les procédés de teinture sont sensiblement les mêmes que chez les Touareg, par contre, le décor est très différent par son influence arabe. Il y a un style maure et un style touareg; le premier est plus raffiné, plus sobre, à cause de l'influence des arabes hassanes, le second est plus simple, plus rustique, plus coloré. Mais les décors, les couleurs, la qualité de l'exécution varient d'une région à l'autre et un connaisseur est capable de vous dire sans hésitation la provenance de telle ou telle tassoufra. Les techniques de décors portent les noms de Nekeh quand ils sont usuels et de Red'dem quand ils sont appliqués ou brodés. Ils se disent Raffi quand ils sont exécutés à la plume ou au pinceau.

Métal
Les Maure n'ont qu'une seule caste d'artisans, celle des forgerons (Maalem), qui fabriquent les objets en fer, en cuivre, et métaux précieux. Ils travaillent aussi le bois, les motifs sont d'inspiration arabe (incrustation de petits rubans fixés à chaud dans le bois, ou appliques de cuivre et de laiton).
On connaît surtout certains objets d'artisanat
- cadenas egfal, recouverts de plaquettes de cuivre et de laiton et incrustation d'argent;
- couteaux des cordonniers (amnas);
- poignards (souvent d'importation marocaine) aux décors incrustés de petits rubans d'argent fixés à chaud dans le bois du manche; coffres, décorés à l'aide d'appliques de cuivre et de laiton avec de très belles serrures et des fines lames d'argent incrustées dans le bois.

Bijoux
Les chevi Ilières (rabral) en cuivre ou en argent sont très richement décorées. On y trouve des signes de protection contre les piqûres d'épines, de scorpions, de tarentules, et les morsures de serpents. L'artisan signe souvent de la marque de sa famille ou de sa tribu (signe qu'on retrouve sur ses outils et sur son bétail).
Citons aussi les chapelets et bracelets en bois incrustés d'argent, les très beaux pendentifs (sourba) avec trois motifs en forme de pyramide gravés sur toutes les faces, les divers bracelets en bois, en métal (argent, cuivre).
Au nord d'Atar et à Tidjikja, en Mauritanie, le travail de l'argent est réputé. Par contre, les chapelets les plus beaux se trouvent sur les hauts plateaux du Tagant et de l'Assaba.
A l'ouest, à Boutilimit, toujours en Mauritanie, on achète les plus belles chevillières, à Méderdra, les coffres et articles de fumeur.
La technique d'incrustations d'argent est particulière aux Maure : après avoir façonné l'objet en bois, on y dépose à la place qu'ils doivent occuper, des petits fils d'argent auxquels on donne la forme exacte du dessin. Puis, avec une pince rougie au feu, on appuie sur le fil d'argent. Celui ci, bon conducteur de la chaleur, s'échauffe, brûle la partie du bois et s'enfonce dans la rainure qu'il produit
ainsi par combustion. Un coup de lime finit de le fondre avec le bois. On réalise avec cette technique particulière des colliers, des bracelets et des chapelets.

Bois
Armatures des coffres, bols de traite, mortiers, louches et cuillères, porte bagages aux pieds sculptés. Un évidage, à l'aide d'une gouge, permet de faire apparaître le décor en relief (grecque. croix du Trarza), ou décors pyrogravés auxquels on ajoute des peintures rouges, jaunes. Porte calebasses achenad en bois tendre décoré, qui sont plantés dans la chambre dans un socle de terre battue. Le décor est coloré (fond noir, coupé de chevrons jaune, vert et rouge). Dans la région de Oualata, le haut de la calebasse est complété par un col de bois cousu et surmonté d'un couvercle. Elles sont souvent décorées.

Poterie
Dans tous les marchés échelonnés le long du fleuve Sénégal ou à Tombouctou, Gao, Tahoua, Agadès, on trouve la série complète des poteries maure. Les potières, anciennes esclaves noires, ignorent le tour. Elles façonnent une boule qui est creusée, évidée, servant de support à la suite du travail qui se fait aux boudins. Le décor géométrique est semblable à celui des calebasses. Elles fabriquent des canaris, des gargoulettes, gdour, des marmites à couscous (perforées à la base d'une série de petits trous pour permettre à la vapeut de faire gonfler le COUSCOUS (foudten beni), de petites marmites (guéderit taria, des poêlon s d'argile pour charbon de bois (binmbizé), des pots à eau (mourlef), des plats à couscous ou à mil (tantana), des brûle-parfums (gdahb khour) destinés à éloigner par la fumée les mauvais esprits. Elles décorent leurs poteries selon des procédés très primitifs empreintes des doigts, de paille, de graines, de maïs. Dans la région de Oualata, en Mauritanie, les potières font des maisons de poupée (dar el adzmat) en argile brute peinte de la même manière que les maisons de Oualata, avec tout le mobilier, les personnages habituels et les animaux.

Perles
Les Maures fabriquent des perles. La matière s'appelle « molaire de la servante », « bleu inimitable » et «tourterelle ». C'est du verre multicolore pilé (vieilles bouteilles de bière). On place cette poudre dans un moule en argile, en forme de perle, le creuset est ensuite placé dans un feu de charbon de bois, le moule est cassé, la perle est percée puis refroidie. Quand elle est finie, on l'appelle « noble et pure ». La légende affirme que son secret de fabrication fut transmis par le prophète Soulleïmar. Ces perles sont utilisées dans la coiffure des femmes Maure. Il existe un autre procédé de fabrication : on enroule le verre en fusion autour d'une mince tige de bois ou de fer et on forme la perle en tournant le support entre les doitgs.

Cire
Chez les Maure du Trarza, on fait des poupées en cire habillées de tissu et parées de bijoux, amulettes (à Boutilimit) servant de talisman de fécondité pour la fillette qui la porte.

Principaux centres d'artisanat maure
Niger Tahoua, Agadès, In Gall. Mali Gao, Mopti, Goundam, Tombouctou, Kayès, Kidal. Mauritanie : Néma, Kaédi, etc. Sénégal : Saint Louis, Louga, Richard Toll, Podor. A Dakar, la rue des Maure (69, av. Blaise Diagne) regroupe des bijoutiers Maure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fairytale.superforum.fr
 
Sénégal: Les Maures
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Saint Euloge de Cordoue et commentaire du jour "Le règne de Dieu est survenu pour vous"
» Les apparitions de FATIMA
» Le palais du Bey à Constantine où le grand réveil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Historia mundi :: Autres civilisation connues :: Civilisations africaines-
Sauter vers: